La maison bioécologique, seulement une histoire belge ?

Vous avez forcément déjà entendu parler de maisons BBC, passive, positive ou encore de la RT 2012. Peut-être même parfois sans savoir exactement ce que signifie tous ces termes… Et bien, réjouissez-vous, vous allez peut-être devoir ajouter une entrée à votre dictionnaire de l’habitat : la construction bioécologique est un nouveau concept qui a vu le jour en Belgique. Il met en avant plusieurs principes, dont l’emplacement de la maison.

L’univers des normes dans la construction est parfois nébuleux, et il n’est pas sûr que la construction bioécologique facilite sa compréhension. Néanmoins, l’idée de ce label VIBE octroyé, en Belgique, par l ‘institut flamand pour la construction et l’habitat bioécologique se révèle intéressante.

logovibe

Son principe est assez facile à comprendre : il s’agit, une nouvelle fois, de construire une maison saine et respectueuse de l’environnement.

Jusqu’ici, rien de nouveau sous le soleil.

C’est davantage sur les critères d’exigence que l’innovation apparaît : les matériaux, l’énergie, l’eau et surtout l’utilisation de l’espace.

Pour l’énergie et l’eau, c’est le bon sens commun qui l’emporte : la construction bioécologique doit, d’une part, faire la part belle aux énergies renouvelables et à l’isolation et, d’autre part, servir à utiliser l’eau de manière responsable en facilitant notamment sa récupération

Concernant les matériaux, l’accent belge est mis sur les matériaux naturels issus de la production locale.

Mais c’est sur la gestion de l’espace que le concept est le plus innovant. L’espace ici est pris au sens large : il s’agit à la fois de l’orientation de la maison, pour capter au maximum l’énergie solaire, et de son emplacement. Une maison bioécologique se situera ainsi idéalement dans une ville ou un village, afin de limiter au maximum les déplacements. Les transports en commun doivent être bien desservis pour pouvoir se passer de la voiture. Logique : à quoi cela sert-il de parler de bilan carbone et d’efficacité énergétique pour la maison si les trajets effectués chaque jour compensent ou surpassent les économies financières ou environnementales réalisées ?

Le principe semble logique donc, mais s’il est né en Belgique, c’est tout sauf un hasard : la Belgique est un pays fortement urbanisé. On y compte 360 habitants au km2. Il s’agit même du 16ème pays le plus dense au monde. Du coup, son réseau de transport est déjà accessible au plus grand nombre.

A contrario, la France est un pays où la population est beaucoup plus étalée. Avec 112 habitants au km2, elle n’est que le 66ème pays en terme de densité.

Etendre un label tel que VIBE serait donc compliqué, à moins de vouloir tuer la vie dans les campagnes profondes…

Pas sur que les Vibes soient très bonnes chez nous, surtout en ce moment…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s